Jeudi, 27 juin 2019

Dominik Schneuwly devient le premier citoyen de Peseux !

Le comité des Vert'libéraux félicitent Dominik Schneuwly, élu à la présidence du Conseil général de Peseux pour une année. Bravo ! Voici le discours qu'il a énoncé.

Monsieur le Président du Conseil communal,

Madame et Messieurs les Conseillers communaux

Mesdames et Messieurs les Conseillers généraux,

 

Cher public,

 

Permettez-moi tout d'abord de remercier Monsieur Roger Mühlethaler pour son engagement en tant que Président du Conseil général durant l'année écoulée. Roger, tu as su faire preuve de compétence et de bons sens tout au long de ton mandat. Je vais m'efforcer de suivre ton exemple. Que ce modeste présent, en partie fruit du sol et des vignes subiéreuses, soit un symbole de notre gratitude à tous.

 

C'est un grand honneur pour moi, que vous m'ayez fait confiance en me nommant Président du Conseil général ce soir.

 

Il est de coutume, m'as-t-on dit, que le nouveau Président se présente et dise quelques mots sur son parcours politique. Alors voilà. Je suis arrivé à Peseux avec mon épouse Carmen et notre première fille en 1997, quelques mois avant la naissance de la cadette. Voir nos enfants grandir m'a donné la motivation pour m'engager en politique, notamment et surtout par souci pour le monde que nous leurs laisserons un jour. Et c'est avec mon épouse et quelques parents d'élèves que j'ai rejoint un parti politique, agissant d'abord dans les coulisses du parti, aussi bien au niveau communal, cantonal que fédéral. Les élections communales de 2016 m'ont fait entrer, pour la première fois, dans un législatif. Depuis j'œuvre avec plaisir et enthousiasme dans notre Conseil général. Et j'ai aussi pris place dans la Commission technique et la Commission des statuts et des règlements.

 

 

Comment-se fait-il, peut-on se demander, qu'un Conseiller général si jeune, non par son age mais dans sa fonction, soit élu à la présidence sans avoir eu à gravir la fameuse échelle du bureau, en commençant par le rôle de scrutateur, puis de secrétaire-adjoint, et ainsi de suite ? Ceci est une conséquence directe du coup de sac, comme on dit au loto, provoqué par les dernières élections communales. Ces élections ont vu un nouveau parti, mon parti en l'occurrence, entrer dans la danse. Et je crois pouvoir dire, tout en attribuant le mérite à personne d'autre qu'aux électeurs, que cette nouvelle constellation tripartite a non seulement affiné la représentativité de ce parlement, mais a aussi favorisé une atmosphère plus constructive.

 

 

En préparant ses quelques mots je me suis posé une question. Pourquoi donc appelle-t-on le Président du Conseil général aussi le premier citoyen de la commune ? La raison profonde tient à la place du législatif dans notre système politique suisse. Nous connaissons le système de la démocratie semi-directe, où le peuple se fait représenter par un parlement, mais garde toujours la main par les droits politiques tels l'initiative et le référendum. Ce sont les citoyennes et citoyens qui sont le souverain. Cette dénomination de "premier citoyen" renvoie donc simplement au rôle du législatif, du Conseil général en l'occurrence, qui est de représenter le souverain et d'être au service de l'ensemble des citoyennes et citoyens.

 

 

Nous entamons ensemble la troisième période de cette législature. Elle sera marquée par une série de défis. Il y a les défis ordinaires posés par l'évolution ordinaire de notre vie en société. Ils sont nombreux et exigeants, comme on a encore pu le voir ce soir. Puis il y a le défi extraordinaire de la fusion, ou plus exactement de l'éventualité de la fusion avec les communes de Neuchâtel, Corcelles-Cormondrèche et Valangins. Cette situation exige de la part des autorités exécutives et législatives anticipation, engagement et confiance.

 

- Anticipation pour faire face aux changements à venir

- Engagement pour faire face aux enjeux.

- Confiance finalement et surtout. Confiance dans nos institutions et procédures démocratiques, qui permettent toujours à la volonté du peuple de s'exprimer, même si cela peut parfois prendre pas mal de temps. Mais surtout confiance dans l'avenir.  Dans l'avenir d'un beau village, habité par une population villageoise qui saura, j'en suis convaincu, garder sa belle vitalité, quelle que soit l'organisation institutionnelle communale qui prévaudra en 2021.

 

Laisser-moi pour terminer, émettre un souhait. Le souhait que ce Conseil général poursuive sur sa lancée positive entamée depuis le début de cette législature et donne le meilleur de lui-même pour le bien de la population de Peseux.

 

Merci pour votre attention